Ce que le jour doit à la nuit de Yasmina Khadra

51HQSVzLT_LPrésentation de l'éditeur
« Mon oncle me disait ; « Si une femme t'aimait, et si tu avais la présence d esprit de mesurer l'étendue de ce privilège, aucune divinité ne t'arriverait à la cheville. » Oran retenait son souffle en ce printemps 1962. La guerre engageait ses dernières folies. Je cherchais Emilie. J'avais peur pour elle. J'avais besoin d elle. Je l'aimais et je revenais le lui prouver. Je me sentais en mesure de braver les ouragans, les tonnerres, l'ensemble des anathèmes et les misères du monde entier. » Yasmina Khadra nous offre ici un grand roman de l'Algérie coloniale (entre 1936 et 1962) une Algérie torrentielle, passionnée et douloureuse et éclaire d'un nouveau jour, dans une langue splendide et avec la générosité qu'on lui connaît, la dislocation atroce de deux communautés amoureuses d un même pays.

Mon resumé:
Younes neuf ans vit avec sa famille dans un quartier très pauvre d'Oran. Un jour, son père étant trop pauvre, et ne pouvant plus assurer son éducation, décide de le confier à son oncle, pharmacien, marié à une française, Germaine.Younes passe d'un monde fait de misère et de pauvreté, à un monde où tout est beau. Il va intégrer une communauté de français vivant en Algérie (les futurs pieds-noirs), on va lui changer son nom et il va passer de Younes à Jonas. Ce prénom occidental et ses yeux bleus l'aideront à bien s'intégrer dans cette nouvelle communauté, ou l'on n'aime pas trop les algériens de souche... Younes (ou Jonas) va se lier d'amitié avec 4 petits roumis (français d'Algérie). Leur amitié si forte va pourtant se fissurer lorsque soudain la belle et mystérieuse Emilie rentrera dans leurs vies... La guerre d'indépendance n'arrangera pas les choses....

Mon avis: Il y a plus d'un an j'avais lu un autre livre de Yasmina Khadra, les hirondelles de Kaboul, que je n'avais pas vraiment aimé, en fait je n'avais pas du tout aimé l'écriture de Khadra et je ne pensais pas relire un de ses livres... Et voila que ce Noël, j'ai reçu en cadeau, Ce que le jour doit à la nuit. Une bonne occasion de voir si je n'aime définitivement pas l'écriture de Yasmina Khadra... Et bien figurez vous, que cette fois-ci je l'ai adoré!!!!! Oui oui je vous assure! Je suis étonnée car cela n'a rien à voir avec l'écriture des hirondelles de Kaboul... Cette fois-ci j'ai pris un plaisir fou à lire ce livre, l'écriture est très agréable, et l'histoire tout à fait poignante, belle et triste à la fois. Tout ce que j'aime! On y trouvera des passages très tristes, très émouvants, très noirs, et d'autres passages pleins de joies, de bonheur et de beauté. Je crois que je ne suis pas prête d'oublier l'histoire et la vie de ce beau Younes qu'on appelait Jonas. Très beau roman à lire sans hésiter!!! Je remercie mes parents de me l'avoir offert :-) car sans eux je pense que je serais passée à côté de ce joli livre...

Ma note: 9/10